image1
image1 image2 image3

Dimanche 16 Septembre : les Boucles de Dunkerque, une valse à 4 temps…

Chaque début de course est un peu identique au précédent. Fraîcheur de la matinée, stress du départ, joie de retrouver des visages familiers.
Cette fois, notre club est inscrit dans différentes courses. Certains, Eric, Arnaud, Micka, Nicolas, François, Christelle, Louise, Hélène Va et Ve, Bénédicte, Sophie, et votre rédactrice ont signé pour les 4 boucles et les 20 kilomètres (et quelques mètres en plus). D’autres, Cathy, Hélène D, Valérie, Mathilde, Bertrand, Pierre, ont choisi les 10. Les enfants partiront plus tard pour la course des lycéens, des collégiens ou des plus jeunes encore.
 
Au premier temps de la valse...
On s’entasse devant la ligne de départ et on attend avec plus ou moins d’impatience que nos GPS nous localisent. On sautille un peu sur place, histoire de chauffer les muscles, on rit, on se fixe des objectifs…
Et Dunkerque, qui donne la mesure,
 Dunkerque, qui mesure notre émoi,
nous accueille avec plaisir et donne le départ.
 
Une valse à deux temps...
Qui  nous offre encore le temps de nous offrir des détours du côté du port et de la plage. Même parcours donc. Cela risque d’être un peu long…Mais tout va bien. Les membres du club sont en forme et forcent l’allure.
 
Une valse à trois temps...
C’est beaucoup plus troublant, le corps se raidit un peu, une petite voix dans la tête se fait entendre: « Mais, on n’est pas déjà passés par ici ??? ». Notre groupe se scinde. Mais on ne s’arrête pas et on court.
Et Dunkerque, imperturbable, nous regarde et nous donne l’occasion d’être salués et encouragés par des copains spectateurs qu’on est heureux d’entendre.
 
Une valse à quatre temps,
Ce n’est plus aussi charmant,
La tête tourne, le souffle suit mais les muscles un peu moins. Il faut danser jusqu’au bout.
Soudain, notre photographe est là. Il n’est pas au point stratégique. Alors on est surpris, les premières prises montrent des visages crispés ; les autres, des sourires un peu figés, mais quand même, une bonne humeur générale. Il est fier de son coup. Merci Benjamin !
Et Dunkerque, qui compte les minutes, nous annonce une fin de course imminente et la ligne d’arrivée pointe le bout de son nez.
Et Dunkerque qui bat la mesure
Laisse enfin éclater sa joie…
 
Personnellement, j’ai franchi la ligne en donnant la main à celle qui a été ma partenaire pendant toute la deuxième partie de l’épreuve. Elle a été un moteur pour moi. Le running, c’est ça aussi : le dépassement de soi et l’esprit d’équipe
 
Laurence, j’adore ce sport,
et j’espère que Jacques Brel ne m’en voudra pas trop pour ce mauvais plagiat…
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

2018  RUNNING CLUB HONDSCHOOTOIS  design by  serrurier paris