image1
image1 image2 image3

Trail des Poilus 2018

"alors là nous avions beaucoup de boue. Quand il pleuvait, c'était de la boue, c'était un terrain gras. Sur les routes, on croisait les convois, avec les chevaux — parce que ce n'étaient pas les autos encore à ce moment-là, c’étaient les chevaux — eh bien ! On passait là à côté, on avait vingt centimètres de boue. Et dans les tranchées, eh bien ! Tu étais dans la boue, il n'y avait pas à discuter. Dans une compagnie, ils avaient coupé les capotes. Tellement qu'ils avaient de la boue, c'était lourd, ils ne pouvaient plus marcher ! Parce que les molletières — on avait des molletières qui étaient autour des jambes — eh bien ! C’était de la boue ; du genou en bas, c'était pareil ! Pareil ! Et voilà ! On était là, on attendait, on prenait patience !..."

« Je vis arriver, venant des lignes, trois habitants des tranchées. Je les regardais avec effroi ; ils étaient couverts de boue de la pointe de leurs souliers à la calotte de leur képi, comme s'ils venaient de traverser un lac de vase. Leurs mains, leur visage, moustaches, cils, cheveux étaient également couverts de boue visqueuse. »

Récit de Poilus lors de la 1ère Guerre Mondiale (1914-1918)

De la boue. De la boue, jusqu'aux chevilles. De la boue, jusqu'aux genoux. De la boue, encore et toujours de la boue. Et quand, il n'y a plus de boue, on retrouve des tranchées remplies d'eau jusqu'à la taille. 

Ce fut dantesque mais magnifique. Ce fut difficile mais il n'était pas question d'abandonner (même si cela m'a traversé l'esprit en prenant la route le matin étant donné les conditions météo). Comme un signe, comme un hommage aux Poilus de la Grande Guerre, le ciel s'ouvre et le soleil brillera toute la journée donnant un air printanier à cette aventure au moment du départ en fanfare vers le site de Notre Dame de Lorette.

Pour ma part, ce fut 31 km et quelques 980m de dén+ en hommage aux Poilus de la Grande Guerre. Pas question de baisser les bras quand on sait que pour la Paix, 600 000 soldats sont morts en Flandres Française et en Artois. Les 600 000 noms des soldats sont par ailleurs inscrits sur l'Anneau de la Mémoire sur le site de Notre Dame. Un lieu de mémoire qui mérite une visite, un site remarquable pour se promener.

Bref, une belle balade comme tous les deux ans, chaque édition est différente d'une autre, cette année la balade a duré 4h32.

Prochaine balade au Trail de Seninghem le 25 mars prochain en attendant le NTMF.

Pierre

    

Commentaires   

0 #1 Bruno G 18-03-2018 14:54
Superbe Pierre ! Récit mémorable, photo superbe
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

2018  RUNNING CLUB HONDSCHOOTOIS  design by  serrurier paris